La Plateforme est un espace pour les jeunes féministes - en particulier les jeunes femmes - qui travaillent sur les droits des femmes et l'égalité des sexes dans le monde entier de se connecter, d'apprendre et de partager l'information.

En savoir plus

Dernières opportunités

Appel à participation

Quand un petit groupe de jeunes femmes imagine la paix

Nous sommes une petite bande, un groupe de jeunes femmes de Bosnie-Herzégovine. Nous nous sommes rassemblées dans le cadre du projet d’académie de la paix de la fondation Kvinna till Kvinna (site en anglais) pour suivre une formation sur le thème du rôle des femmes dans la paix et la transformation des conflits. Guidées par la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, par l’histoire marquée par la guerre de notre propre pays et par notre vécu et nos espoirs, nous nous sommes lancées dans une aventure qui a éprouvé les croyances et les récits que nous avions construits.

Tenir compte du point de vue des femmes sur la consolidation de la paix est un acte tout aussi important que de les protéger contre la violence et les discriminations. Pendant trop longtemps, les missions de maintien de la paix et les négociations de paix ont été dominées par les hommes et par leur conception de la paix comme une absence de guerre. Comme nous l’avons découvert pendant notre formation, la paix n’est pas seulement une absence de guerre, elle est également caractérisée par une absence de peur – peur de la violence, peur des épreuves de l’existence, peur du gouvernement, peur de ce que pourrait vous faire votre chef ou votre partenaire. Ce n’est qu’une fois libéré-e-s de ces craintes que nous pouvons réellement vivre en paix.

Le Programme de développement pour l’après-2015 approche de façon pertinente les questions relatives à la construction de sociétés pacifiques et inclusives. Mais il semble nécessaire de donner un rôle plus important aux femmes dans ces processus. En Bosnie-Herzégovine, les femmes ont joué un rôle bien moins important que les hommes dans la consolidation de la paix et la reconstruction de l’État. Les hommes qui ont déclenché le conflit – ou ceux qui y ont été impliqués d’une façon ou d’une autre – sont également ceux qui ont créé leur propre vision de la paix qui a suivi, en se fondant sur une idéologie populiste et une politique de la peur.

Maintenant, vingt ans après la guerre, les femmes tentent de reprendre possession du rôle dont on les a privées et de mettre en lumière les lacunes des processus de transition et de redressement du pays. Je pense que nous faisons partie de ce projet plus vaste, notamment parce que notre formation nous a donné la possibilité de repenser à la fois notre rôle dans la société et la vision du monde qui a bercé notre enfance et que nous avons directement ou indirectement perpétuée. Notre groupe rassemble 41 femmes. Nous allons partager notre point de vue sur la paix avec les femmes des communautés dans lesquelles nous vivons et nous allons collaborer avec des jeunes femmes de Serbie, du Kosovo, de Suède, d’Arménie et d’Azerbaïdjan pour créer la Charte des jeunes femmes pour la paix. Nous ne sommes qu’une petite bande de jeunes filles, mais nous faisons changer les choses.

Erma Mulabdic est une jeune activiste féministe de Bosnie-Herzégovine. Elle est l’une des participantes à la Young Women’s Peace Academy.

Photo: Kvinna till Kvinna/Bojana Mumin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

vous pouvez aussi être intéressé par